Urbanisme

Les Genettes, extension éclairée

Abonnés
Par Anne-Marie Fèvre, le 27 novembre 2023.
Image
© Java Architecture.

Dans une clairière percheronne, l’agence Java a agrandi un pavillon 70, en jouant avec une ossature bois et d’autres subtilités. Le voici transformé en séduisante longère contemporaine, ouverte sur le paysage.

Il était une fois dans le pays de l’Aigle, à la limite nord du Perche, une prairie entourée de forêts, un ruisseau, et le pavillon 70 d’un papy bricolo. À sa mort, sa petite-fille souhaite garder cette maison, riche de ses souvenirs d’enfance. Le site est enchanteur comme dans un conte, proche du village des Genettes où ont fleuri nombre de légendes. Mais cette petite demeure n’a guère de qualité architecturale. Que faire ? La détruire, pour reconstruire ? Les nouveaux propriétaires, un couple avec trois enfants, rêvent d’une bâtisse plus vaste, mieux isolée, plus complice du paysage, lumineuse et surtout très accueillante pour les invités.

C’est la demande qui a été exprimée à l’agence Java Architecture, créée en 2014, regroupant Florian Levy, Alma Bali, et Laurent Sanz. « Cette commande altruiste, se réjouit Florian Lévy, qui privilégie des espaces communs, pour transmettre une histoire familiale, nous a intéressés. La démolition n’était pas nécessaire, nuisible même d’un point de vue écologique. Le bâtiment était sain et solide pour supporter une extension, vivre une seconde vie ». Pour satisfaire les attentes de ces clients, il fallait donc ajouter des chambres, créer un plus grand salon, des espaces extérieurs et faire entrer la lumière. « Nous avons démoli la serre, poursuit Florian Lévy, détruit le toit du garage inutilisable mais gardé l’escalier extérieur. Et nous avons recouvert le bâtiment d’une ossature en bois qui en relie les différentes parties ».

© Java Architecture.

À l’ouest, le séjour trop étroit est élargi grâce à une extension dont la nouvelle façade en verre et bois laisse entrer le paysage. Cet agrandissement a permis de créer la chambre des parents au premier étage.

Cet article est paru dans le nda #53.
Abonnez-vouspour ne rien rater des prochains numéros
Galerie d'images (34)
    Partagez cet article autour de vous
    Facebook
    Twitter / X
    LinkedIn
    Pinterest
    E-mail

    Java Architectures

    79, rue de Ménilmontant

    75020 Paris

    Tél. : + 33 (0)9 83 01 05 20

    javarchitecture.fr

    Retrouvez cet article dans le nda numéro 53
    Image

    le Champ des Possibles

    À découvrir
    Image
    Architecture un lieu

    Boom Boom Villette : Le cœur de la Villette se remet à battre

    Par Nat Lecuppre, le 24 mars 2023
    Boom Boom est le nom du prochain centre névralgique de la Villette. Anciennement Vill’Up, propriété d’Apsys, il verra le jour à l’été 2023. Boom Boom Villette allie Food et Leisure (restauration et loisirs), une expérience inédite proposée sur fond de design signé Hubert de Malherbe. 21 000 m2 pour une dizaine d’activités de loisirs pour tous (escape game, bowling, minigolf, kid’s parc, jeux d’arcade…) mais aussi une salle de séminaires de 200 m2 modulable. Un tour du monde culinaire Sur 4 000 m2, on découvrira un food market avec 20 kiosques et 3 bars. Des food trucks et des triporteurs inviteront à la découverte gustative dans la rue, comme dans celles de Bangkok, Séoul ou Mexico. La cuisine y sera célébrée avec de nombreux événements tout au long de l’année (ateliers de cuisine, masterclass à thèmes, accueil de chefs de renom…). Jouer, surfer, bruncher, danser… voler À chacun son rythme, véritable lieu de vie et de plaisir, Boom Boom va faire vibrer la Villette. Ifly permettra aux amateurs de sensations fortes de vivre une expérience de chute libre en indoor dans un tube en verre de 14 mètres de hauteur. Des décors pour réveiller les sens L’agence de design Malherbe Paris a choisi de créer des décors pop et fun. Le food market offrira un univers joyeux, ludique et coloré. Une scénographie théâtrale avec des fauteuils en forme de masque géant, Pacman, Puissance IV en format XXL, vous transporteront dans un autre monde. Un positionnement responsable Avec AXS Design, les espaces seront dotés de mobilier chiné et recyclé. L’art de la table également est prévu de seconde main. Le tout dynamisera les espaces par ses couleurs chatoyantes, invitant à la joie, à la créativité et au plaisir. L’art prend place Des œuvres de street art, créées pour les lieux par plusieurs artistes, se déclineront autour du thème : anti-musée d’art urbain. Dix fresques seront sélectionnées par Hopare, street artiste de renom. Le cinéma Pathé existant avec ses seize salles innovera avec une salle
    Image
    Urbanisme

    Repenser l’habitat dans les centres-bourgs

    Par Sipane Hoh, le 6 décembre 2023
    La réhabilitation de l’immeuble Thérias à La Monnerie-Le-Montel par l’Atelier du Rouget Simon Teyssou & associés constitue non seulement une reconversion réussie mais pose la délicate question de reconsidération de l’habitat dans les centres-bourgs. Située dans le département du Puy-de-Dôme, aux confins de la Loire et de l’Allier, la commune de La Monnerie-le-Montel appartient à la communauté de communes de la Montagne Thiernoise et au parc naturel régional Livradois-Forez. Situé à proximité immédiate de l’autoroute A 89, le centre-bourg est à quarante minutes de Clermont-Ferrand et à dix minutes de Thiers. L’immeuble Thérias, disposant d’une double orientation, est composé de deux étages surmontés de combles. La réflexion de la commune de La Monnerie-le-Montel débute avec le programme Habiter autrement les centres-bourgs porté par le parc naturel régional Livradois-Forez et le conseil général du Puy-de-Dôme entre 2011 et 2013. Le projet architectural, porté par l’Atelier du Rouget Simon Teyssou & associés, consiste à agrandir la surface commerciale du rez-de-chaussée de l’immeuble Thérias afin d’accueillir une nouvelle épicerie et l’historique boulangerie. Pour cela, les architectes ont supprimé la circulation verticale originelle et ont décidé de démolir pour reconstruire l’extension en rez-de-chaussée prolongeant les activités commerciales au nord-ouest entre l’édifice et la paroi rocheuse. Des transformations qui ont nécessité la création de six nouveaux logements côté rue de la Mairie. Les habitations composées de trois logements accessibles aux personnes à mobilité réduite et trois en duplex, se trouvent ainsi dans une extension sur deux niveaux qui est adossée à l’édifice le long de la façade nord-ouest donnant sur une cour. À noter que les trois logements qui occupent le 2e étage et les combles sont desservis par des passerelles individuelles qui enjambent la cour depuis la rue de la Mairie. Un trait d’union entre ancien et nouveau Le projet assume la distinction entre l’existant et le neuf. Ainsi, la nouvelle extension qui s’est greffée à l’immeuble patrimonial possède ses propres caractéristiques. Pour parfaire le contraste entre les deux parties de l’édifice, les menuiseries en bois
    Image
    Architecture remarquable

    L’appartement Magellan, style, sensibilité et plus si affinités

    Par Sipane Hoh, le 3 juin 2024
    À Paris, dans le quartier des Champs-Élysées, non loin de la fameuse avenue Montaigne et de plusieurs musées singuliers, l’architecte d’intérieur Fabrice Juan a réaménagé un appartement qui occupe un étage entier d’un immeuble en pierre de taille. Les différentes pièces mettent en évidence des matières nobles ainsi qu’un univers qui respire l’élégance. C’est un projet remarquable que Fabrice Juan a réalisé dans la capitale française. Un appartement d’une superficie de 280 m² entièrement repensé offrant aux propriétaires un lieu de vie à la fois fonctionnel et esthétique. « C’était un appartement qui était occupé par des bureaux. Mis à part de rares éléments emblématiques comme la corniche du salon, il était donc difficile de garder quelque chose. Je suis parti avec une page blanche en prenant des risques et en développant des formes », raconte l’architecte d’intérieur, qui a su révéler les côtés positifs du lieu en travaillant avec une grande finesse les plafonds, les murs et le sol. Dès l’entrée en forme de L, le ton est donné, nous sommes bel et bien dans un univers gracieux pensé avec le plus grand soin où l’on devine la présence de plusieurs créations de Fabrice Juan. À l’inverse des entrées étriquées de certains appartements parisiens, l’entrée de l’appartement Magellan est une véritable pièce, dont les murs peints en rouge terracotta sont rythmés de colonnes noir pétrole à l’embrasure des portes. Il s’agissait pourtant d’une forme complexe que le designer a aménagé avec application : « La grande entrée était difficile à traiter, j’ai opté pour un sol graphique qui tranche avec le classicisme du lieu. » Avec ses lignes pures et ses traits sobres, l’espace qui communique généreusement avec la pièce de réception et la cuisine saisit tout visiteur. Un certain effet théâtral se dégage du lieu et semble se prolonger grâce à un grand miroir mural. Dans le but de faciliter la circulation, toutes les portes ont été supprimées. Une quête de frugalité qui se traduit également par le plafond aux lignes pures sans rosace

    Laisser un commentaire

    cinq × trois =